Introduction au BitCoin

Le BitCoin est une crypto-monnaie. Ce terme barbare pour certains décrit simplement une monnaie virtuelle décentralisée et dont le chiffrement permet de créer & valider la chaîne, donc de créer de la monnaie et valider une transaction. Je ne rentrerai pas dans les détails techniques, ce n’est pas le but de ce sujet d’appréhension de la monnaie virtuelle.

  • Comme les Euros, les BTC se stockent dans un portefeuille, un “wallet“,
  • Comme les Euros, la monnaie se transfère et se reçoit via un support. Non pas des chèques ni des billets/pièces, mais des adresses du genre de celle-ci : 1DevmBXYssvT72nNVNDwfqZ9FjEdBV8MaD,
  • Comme les Euros avec chèques et billets, les adresses BTC sont traçables et permettent de connaître le wallet émetteur, le destinataire et le montant des échanges. Par exemple, pour celle que j’utilise sur un forum précis, nous pouvons voir que j’ai reçu 0.15BTC.

 

 

Idées reçues sur le BitCoin

  1. C’est illégal,
  2. C’est l’argent des dealers en ligne et des pédophiles, en tous cas des bad boys,
  3. Donc si j’en achète j’aurai les mains sales,
  4. C’est risqué d’en acheter,
  5. C’est une mode, ça passera,
  6. C’est compliqué,
  7. Ça coûte cher,
  8. C’est pas anonyme.

La nouveauté, la technologie, la cryptographie et l’inconnu peuvent faire peur. A ceux qui ne se renseignent pas du moins.

  1. Non.
    1. Ce n’est pas parce que la Banque Centrale de votre pays ne reconnaît pas une monnaie “virtuelle” qu’elle est illégale. Et d’ailleurs certains, comme l’Allemagne, la reconnaissent.
    2. En revanche oui ça gêne certaines institutions de ne pas avoir de contrôle dessus, notamment de ne pouvoir ni la taxer ni savoir qui l’utilise et pourquoi, ce qui explique que leur communication au sujet de cette monnaie ne soit évidemment pas bienveillante. Il n’est pas du tout dans leur intérêt que son utilisation se démocratise.
  2. Non.
    1. D’abord un challenge informatique (crypto), certains ont vite compris leur intérêt à l’utiliser à la place des billets. Comme quasi tout en ce bas Monde, si ça peut rapporter de l’argent ou en dissimuler, c’est plébiscité par des “bad boys”. Comme les billets que certains donnent à leurs dealers dans la rue. Pour autant les billets de banque s’utilisent aussi pour acheter des vêtements, de la nourriture, ne sont pas illégaux et vous ne vous posez pas de question dessus.
    2. Plein de sites “normaux” utilisent la monnaie virtuelle ainsi que des commerçants physiques.
  3. Non.
    1. Même principe que les billets de banque. Quand vous prenez votre monnaie à Carrefour vous ne vous demandez pas d’où viennent les billets et à quoi ils ont servi avant ni entre quelles mains ils sont passés.
    2. Alors que pourtant les coupures de 10/20/50€ sont généralement utilisées pour payer des dealers, par exemple.
  4. Non.
    1. Tout dépend de votre jugeote. C’est comme d’aller acheter un produit en ligne, vous préférerez sans doute passer par la FNAC ou Amazon plutôt que via le site www.toutapacher.pw ou www.achetetoniphonepour50euros.com.
    2. Soit vous avez assez d’intelligence et de maturité pour acheter vos BTC sur des sites reconnus soit…
  5. C’est plutôt l’inverse.
    1. La monnaie virtuelle se démocratise grandement, bien aidée par certains sites liés au warez qui n’acceptent plus de dons via PayPal pour des raisons d’anonymat mais aussi par les marchés noirs. Ce système de règlement permet en effet de préserver un anonymat certain plutôt recherché pour ces activités.
    2. Et on peut même de plus en plus l’utiliser pour acheter des biens de consommation courante, comme vu au point 2.
  6. Non si vous prenez le temps de vous renseigner et de lire. C’est pour ça que certains, dont bibi, se fendent de tutoriels détaillés vous permettant de ne pas être trop perdus lors de l’achat et de transactions en BTC.
  7. Non.
    1. La valeur Euros/BTC (ou autre devise/monnaie virtuelle) dépend du marché directement. Donc sa valeur fait des bonds, c’est selon. Mais ce qui est certain c’est que son achat coûte un peu d’argent en sus de sa valeur, les intermédiaires (comme le font les banques et bureaux de change) prenant des commissions sur les transactions.
    2. Le jeu consistant à trouver le moyen d’achat qui fait perdre le moins dans la conversion. Encore une fois tout est question de prise de recul et de comparaison des services.
  8. Si. Vous achetez un baguette avec votre VISA (on imagine…). Votre banque verra que vous avez acheté une baguette. Mais verra-t-elle que vous l’avez partagée entre votre gamin, les canards et un SDF ? Non. Donc seuls les ignares affirment que parce qu’ils achètent des BTC avec leur CB ces derniers ne seront pas anonymes. Faut arrêter de se croire hors-la-loi parce qu’on possède des BTC.

 

 

BitCoin est anonyme mais laisse des traces

Si on ne sait pas à qui appartiennent les adresses d’émission et de réception, on sait en revanche quelle valeur est rattachée à quelle adresse et quels sont les historiques de transactions pour chaque adresse.

 

Plus clairement : Pierre ne sait pas que Paul donne de l’argent à Jacques, mais Pierre peut voir que le wallet A à envoyé X BTC sur le wallet B et inversement. Pour qui veut rester anonyme (et donc ne donne pas son adresse de wallet à tout le monde) il est quasi impossible de savoir que le wallet A appartient à Paul ou que le wallet B est à Jacques.

 

Certaines organisations (de lutte contre telle ou telle chose) pourraient arriver à retracer les adresses des wallets par exemple en mettant la main sur la base de données d’un wallet en ligne (et donc les IP de connexion). Mais à moins de verser dans la vente de produits illicites voire pire (et encore) il n’y a pas vraiment de risque de se voir être à tel point traqué.

 

 

Limiter ses traces

Les transactions entre wallets forment une chaîne. Je reçois de l’argent de A qui lui l’avait reçu de D qui l’avait acheté à Y qui lui-même l’avait obtenu de M et R, R l’ayant obtenu de S. Et moi je m’en sers pour payer un service auprès de Z. Comme avec les billets de banque les BTC changent de poche assez souvent. Sauf que son fonctionnement permet de remonter à la source de toutes les transactions, en étudiant la chaîne. C’est l’exemple du début de l’article avec mes 0.15BTC reçus.

Si vous ne voulez pas que vos BTC aient un historique visible il suffit de les mélanger à d’autres et de les reprendre ensuite. Si vous mélanger 3 pièces de 2€ à un paquet de 100 pièces, vous reprendrez 3 pièces à la fin mais pas forcément les mêmes que vous y avez injectées. Et tout ce qu’on pourra dire c’est quelle viennent de ce paquet de 100 pièces et non pas de la boulangerie DUBOIS. C’est ça du blanchiment d’argent. Rien d’autre.

Le fameux “paquet de 100 pièces” peut être un service de blanchiment en ligne (laundry) ou une place de marché BitCoin ou une personne/un site Web ou une conversion dans une autre monnaie avec ensuite une reconversion vers du BTC etc.

Si vous ne faites qu’en acheter auprès d’un organisme, évidemment la question ne se pose pas sur leur historique.

 

 

(136 vues)

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de