L’alléchant TrueNAS Scale

Dans le monde des NAS DIY, les OS les plus connus sont UNRAID, TrueNAS et OpenMediaVault. Sans oublier le hack XPEnology (le DSM de Synology).
J’ai testé OMV il y a maintenant plusieurs années et l’interface me semblait un peu confuse, vieillissante. Il faudrait que je rejette un œil dessus, ça a indéniablement évolué entre temps. Je me suis intéressé à UNRAID, via Superboki et son Discord (où on parle d’ailleurs de tout).


J’ai rapidement compris qu’UNRAID, même si bien qu’il soit payant reste totalement accessible, n’est pas pour moi. Trop éloigné de Linux (basé sur Slackware) contrairement à TrueNAS (FreeBSD) ou plus particulièrement sa version Scale (basée sur Debian). Je n’ai pas testé UNRAID mais lis pas mal de retours concernant le check de parité notamment au reboot (d’un autre côté… est-ce qu’un serveur doit s’éteindre ?), pas de systemd, pas de cron persistant, pas possible d’installer rClone (par exemple et vu que c’est un besoin important pour moi) etc. Voici un rapide comparatif qui, bien que publié par TrueNAS, me semble fairplay.


Après, il en faut pour tous les goûts et je comprends parfaitement que tout le monde ne soit pas fan de la ligne de commande en SSH et préfère une interface qui gère tout. Moi je veux les deux :)

Bref, loin de moi l’idée de critiquer tel ou tel OS, j’explique juste pourquoi mon choix se porte sur TrueNAS. Plus particulièrement TrueNAS Scale (encore en early ALPHA et donc uniquement testé en VM). Donc pourquoi Scale ? Parce que basé sur Debian. Et de fait bien plus compatible avec mes habitudes de linuxien ^^ J’utilise Archlinux chez moi et Debian/Ubuntu (voire CentOS) sur mes serveurs.

Mon but est de passer le PC desktop de jeu (sous Windows 10) sur Scale afin d’y faire tourner Windows en VM avec passthrough de ma RTX 2070, une VM Archlinux et divers Dockers + rClone. Comme ça je récupèrerai aussi le NUC qui me sert de PC principal sous Arch pour geeker :)
J’ai pendant un temps penser à installer Proxmox + Docker + ZFS. Et finalement Scale intègre le tout avec une interface graphique qui permet de gérer simplement certaines options, c’est un plus pour un setup équivalent.
Le système de fichier ZFS permet notamment de gérer facilement des snapshots, gère l’intégrité/réparation des données à la volée tout comme leur compression et le RAID-Z (équivalent RAID5 et 6 pour RAID-Z2) qui me permettrait d’exploiter correctement tous mes disques. Sans compter la couche de chiffrement (AES-256-GCM). Car vous comprenez bien que je ne compte pas utiliser ce type de machine juste pour héberger des films de vacances mais des données personnelles et pro.

Pour faire simple, ZFS permet de gérer de grosses quantités de données sur de grosses capacités de stockage, le tout chiffré et avec un contrôle d’intégrité (et réparation) silencieux. Bon, ok, y’a un bémol : ça consomme beaucoup de RAM.
ZFS gère un cache (ARC) en RAM. Ce dernier lui permettant évidemment d’accélérer l’accès aux données. En revanche, si le serveur tombe offline en pleine utilisation, vu que c’est un cache, les données ne sont pas perdues, juste vidées de la RAM. De même, si une VM ou une application quelconque requiert de la RAM, ZFS réduira alors son cache.

D’un autre côté, sur un serveur on n’a pas que 8GB de RAM et avoir 32 ou 64GB de RAM pour n’en utiliser que 12GB c’est pas un bon rapport prix/utilité. C’est là qu’il est important de se poser les bonnes questions quant à ses besoins matériels, l’argent qu’on peut/veut y mettre et l’utilité d’utiliser un OS de type “serveur” à la maison.
Et c’est un choix personnel bien évidemment.

J’ai installé Scale sur une VM basique, 2 vCPU, 8GB de RAM et 2x500GB de stockage. Encore en BETA je n’ai pas trop poussé mes tests, je me suis limité à ce qui m’intéressait de découvrir et c’est un 100% !
J’ai pu installer rClone et lancer du Docker en CLI. Y’a systemd pour lancer mes services.

Quant à l’interface, elle me semble claire et très complète. Tout n’est pas encore traduit en français, l’anglais faisant l’affaire (l’informatique sans comprendre l’anglais, c’est compliqué…).

Bien entendu vu que je teste ça sur une VM je ne me suis pas lancé dans le test des VM ou des performances RW des disques. Je ferai ça une fois TrueNAS Scale en version stable où je ferai le grand saut en l’installant en dur.

En tous cas je suis très impatient et emballé par cet OS qui répond à l’ensemble de mes besoins ! C’est à la fois simple via la WUI et ouvert aux geeks & amateurs de CLI vu que c’est basé sur Debian :)

EDIT : j’ai zappé de parler du gros avantage d’UNRAID (tout comme de DSM) concernant la gestion d’un pool unique de stockage basé sur des disques de différentes tailles. Et pour cause, j’ai pas du tout testé ça. Comme beaucoup, j’ai des disques durs achetés ou de récupération (personnelle) de plusieurs tailles. Et UNRAID permet de les combiner en un seul stockage. Ce qui n’est pas possible simplement avec du RAID normal (enfin “si” mais on perd de l’espace de stockage, la taille du plus petit disque dur déterminant la taille finale du stockage RAID).
Là encore TrueNAS Scale permet de gérer ça en créant plusieurs lecteurs virtuels (vdev) et en les combinants ensuite entre eux.

(675 vues)
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tout